contact@ff2p.fr
 
     
     
 

LES CONSEILS LOCAUX EN SANTÉ MENTALE (CLSM)




par Florence LAGOUGINE, membre du Conseil d'Administration de la FF2P



LES CONSEILS LOCAUX EN SANTÉ MENTALE (CLSM)
Des instances de coopération où les psychopraticiens ont une place à prendre
Pourquoi ? Comment y participer ?


Des CLSM se créent dans nos villes depuis 2005 et rassemblent autour de projets les acteurs de la santé mentale, laquelle est à entendre au sens médical et social.


A. Contexte de création et d'évolution

Au carrefour des problématiques de Santé, de la Ville, de la Cohésion sociale et de l'Egalité des chances, ont été initiés des Conseils locaux de santé mentale sur des territoires.
D'une quinzaine en 2005 à une trentaine en 2010, ils sont plus de 120 en 2015 et une soixantaine en cours de création.
La santé mentale étant partie intégrante de la santé et du bien-être (selon la définition de l’OMS), la complexité des questions de santé mentale relève tant du secteur de la psychiatrie que des autres secteurs qui contribuent à la vie des citoyens (voir le rapport de Michel LAFORCADE relatif à la Santé mentale en France (oct. 2016)).
Les CLSM sont ainsi des plateformes de coordination, de concertation et de réalisation en commun de politiques et de projets locaux de prévention et de promotion de la santé mentale.

Approche de la Santé mentale

Sont privilégiés la déstigmatisation de la maladie mentale, une prise en charge globale, concertée et suivie, l'accès aux démarches de prévention, de soins et de vie dans la cité, ainsi que l'évolution des représentations auprès du public des institutions et professionnels qui contribuent à la santé mentale et la contribution des usagers.

Le CNSM

La Ministre des Affaires Sociales et de la Santé a installé en octobre 2016 le Conseil national de la santé mentale (CNSM) (lire le communiqué de presse) et en a confié la présidence au sociologue Alain ERHENBERG (lire son discours).
Le CNSM vise à développer une approche globale, transversale, cohérente et articulée des enjeux de la santé mentale dans les différents champs concernés (prévention, soin, social, médico-social, logement, insertion...).


B. Quels sont leurs finalités ?

Les CLSM sont des outils de promotion de la santé, de démocratie participative dans ce domaine (démarches d'empowerment) et de lutte contre les inégalités de santé et d'accès aux soins.

Au carrefour de problématiques de santé mentale abordées dans leur globalité, d'un territoire et de ses forces vives, les CLSM ont pour principaux objectifs stratégiques :
- analyser les situations spécifiques de santé mentale du territoire et de ses populations. - développer une stratégie locale répondant aux besoins des populations en matière de prévention, d'accès aux soins et de continuité de soins, ainsi que d'inclusion sociale.
- mettre en place une articulation forte entre les acteurs sanitaires, sociaux et médico-sociaux.
- favoriser la participation des usagers, faire évoluer les représentations, développer l'information.


C. Comment sont-ils organisés ?

A l'échelle de la ville, de l'arrondissement, de l'intercommunalité, ils sont organisés à l'initiative d'élus territoriaux en charge de la santé avec tous les acteurs de la santé mentale sur un territoire pour développer un travail en commun et des démarches transversales.
L'approche territoriale favorise ainsi :
- les décloisonnements, la coopération multisectorielle, les approches pluridisciplinaires.
- la proximité des partenariats entre organismes et professionnels ainsi que la proximité et l'ajustement des actions avec et auprès du public concerné.


D. Qui y participe ? (participants = partenaires)

Les acteurs de santé mentale d'un territoire comprennent autant les élus locaux, le secteur psychiatrique, les professionnels de santé, les acteurs sociaux et médico-sociaux, les usagers et les aidants, et tous les acteurs locaux susceptibles d'être concernés tels que associations, bailleurs sociaux, éducation, emploi...
Il s'agit de mobiliser l'ensemble de ces acteurs locaux sur des partenariats centrés sur des projets pertinents pour le territoire et sa population.


E. Exemples de réalisations

- Diagnostic territorial partagé en santé mentale.
- Participation commune aux SISM (Semaines d'information sur la santé mentale +lien www.semaine-sante-mentale.fr ) – Parcours de santé mentale pour rencontrer les organismes dédiés à un public (ex: les jeunes) ou à un domaine (ex: le travail).
- Pour lutter contre la stigmatisation et renforcer les compétences du public : des Cafés psys à Rosny-sous-Bois.
- Pour aborder la santé mentale positivement : des Petits-déjeuners santé à Lyon 8e "Quels chemins pour aller mieux ? Un psy ? Et quoi d'autre ?".


F. Comment s'informer ?

- Sur le site du Centre national de ressources et d'appui aux CLSM (+lien www.clsm-ccoms.org), mis en ligne par le Centre collaborateur de l'OMS depuis février 2017, vous pourrez trouver une carte des CLSM avec leurs contacts et les thématiques travaillées.
- Un article de Pauline Guézennec et Jean-Luc Roelandt (CCOMS) fait un point sur « Les CLSM en France : état des lieux en 2015 »


A nous maintenant de participer, coopérer, nous enrichir et rendre visible la contribution des psyschopraticiens à la santé mentale sur un territoire.