contact@ff2p.fr
*
     
     
 

12e JOURNÉE D'ÉTUDE DE LA FF2P
Télécharger la plaquette de la journée (102 Ko) >>>
Télécharger la brochure web de la journée (1,5 Mo) >>>

 

 

"DISCRETION, CONFIDENTIALITÉ, SECRET PROFESSIONNEL EN PSYCHOTHÉRAPIE : UN ART DE L'ÉQUILIBRE OU UNE VRAIE DISPOSITION DÉONTOLOGIQUE ?"

Avec la participation de Laurent PUECH


Vendredi 15 novembre 2019
de 9h30 à 17h00

Salle Baude
95 rue de Sèvres - Paris 6e

Plan d'accès





Ces journées d'étude permettent d’aborder des thèmes délicats sous un angle à la fois réflexif et pratique dans une ambiance respectueuse, tolérante et conviviale.
La qualité du travail fourni, la richesse et le sérieux des échanges sont chaque fois unanimement appréciés par les participants.

Nous aurons la chance d'accueillir Laurent PUECH.

Assistant social de formation et, après plusieurs années d'exercice en polyvalence de secteur, protection de l'enfance et intervention sociale en gendarmerie, est actuellement chargé de mission pour une association nationale.

Il assurera l’introduction de cette journée, ainsi que le rôle de coordonnateur et de fil rouge entre chaque présentation, en les ponctuant de ses réactions.


Cette journée de travail s'inscrit dans le cadre d'une réflexion professionnelle, nous vous invitons chaleureusement à y participer.

 

 

THÈME DE LA JOURNÉE

 

Compte tenu des retours positifs de la journée d’étude de novembre 2018, nous choisissons de garder une organisation similaire en donnant largement la parole aux professionnels de la psychothérapie.

La journée d’étude sera supervisée par Monsieur Laurent Puech et débutera par une présentation de plusieurs vignettes cliniques ; Monsieur Puech nous fera part de l’état des lieux de la législation et de la jurisprudence dans ce domaine : enjeux éthiques et juridiques autour du secret professionnel, quelles sont les obligations des professionnels lorsqu’ils sont confrontés à des situations d’ordre pénal ? ex : connaissance d’inceste, pédophilie, violence etc.

Quelles sont les peines qu’ils encourent s’ils ne les remplissent pas ?
Quelles sont les contraintes à respecter par les professionnels lorsque les clients leur demandent des certificats ou des attestations ?
Quelles peines encourent les praticiens qui divulguent des informations qui sont de l’ordre du secret professionnel ?

A la réflexion, cette thématique s’élargit à des domaines autres que juridique et déontologique ; elle convoque également des aspects éthique et philosophique faisant appel pour chaque situation problématique à une réflexion individuelle profonde engageant nos comportements.

L’après-midi des groupes de travail se constitueront autour de sujets de réflexion toujours apportés par les psychopraticiens avec en fin d’après midi un retour en grand groupe animé par Monsieur Puech qui conclura ensuite cette journée qui s’avère d’ores et déjà passionnante...

 

 

LAURENT PUECH

 

Laurent PUECH est assistant social de formation et, après plusieurs années d'exercice en polyvalence de secteur, protection de l'enfance et intervention sociale en gendarmerie, est actuellement chargé de mission pour une association nationale.
Ce poste a pour fonction principale de développer un réseau de professionnels de l'intervention sociale et de les soutenir dans leurs fonctions (soutien technique, analyse de la pratique, formations).
Créateur en 2014 du site-ressource consacré au secret professionnel, au partage d'informations en travail social et médico-social, et en 2019 du blog protections-critiques.org, il a développé depuis plusieurs années une activité annexe de formateur et d'animateur d'analyses de la pratique.

Il présente cet axe de son engagement professionnel ci-après :

Au plus proche des contextes d exercice des travailleurs sociaux et médico-sociaux, Laurent PUECH propose des formations sur l'éthique d'intervention.
Au delà du prisme du droit, essentiel à connaître, ce sont bien des questions éthiques qu'impose la tension entre le secret et le parfois possible, voire nécessaire, partage d'informations.
Elles sont au coeur des séquences de formation.

La réflexion sur les relations entre professionnels, l'engagement envers le public ou encore les marges de manœuvres dans les organisations de travail, permet de déterminer ainsi une véritable éthique d'intervention.

L'objectif est de renforcer l'esprit critique dans l'analyse des situations professionnelles, de dépasser les réponses simplistes ou dogmatiques, pour construire un positionnement professionnel efficace et congruent avec les valeurs et finalités du travail social.

L'approche résolutive, qui ouvre des pistes de travail concrètes dans les situations, permet dans les formations comme dans les groupes d'analyse de la pratique professionnelle d'amplifier les capacités opérationnelles des travailleurs sociaux et de remettre en perspective la question du sens dans leur travail.

 

 

TRIBUNE LIBRE par JEANNE-DOMINIQUE BILLIOTTE

 

Secret partagé : Quelles interrogations ?

Le secret partagé est un concept qui a émergé, il y a quelques années, sous les coups de boutoir que l'informatique donnait au respect de la confidentialité due à chaque personne.
Après une définition du secret partagé d'un point de vue traditionnel, puis d'un point de vue actuel, j'aborderai les risques et problèmes possibles que créent l'informatisation galopante des données personnelles et les connexions de plus en plus nombreuses entre fichiers des diverses administrations et institutions.
Au fil de ces lignes, je propose au lecteur psychopraticien une interrogation sur la philosophie qui sous-tend sa pratique et sa vision de l'homme pour qu'il détermine jusqu'où il est prêt à ce qu'elle soit bousculée par ce qu'on appelle la révolution numérique.

Le secret partagé
Le secret partagé a toujours existé.
En définition générale, il exige comme base la confiance, c'est-à-dire la foi dans une éthique partagée.
Éthique par laquelle celui qui se confie prend l'engagement implicite que le secret qu'il partage dans le cadre de la séance restera bien un secret au-delà de l'entretien et qu'il ne dira pas n'importe quoi par la suite sur ce qui s'est dit.
Éthique qui tient celui ou celle à qui est confié le secret qui vaut engagement à ne pas le divulguer.
Je distingue deux sortes de secret partagé : d'une part, le secret rigoureusement codifié, tel le secret médical ou celui de la confession (dans le rite catholique) auquel s'apparente le cadre déontologique du psychopraticien avec l'énonciation que ce qui est dit dans le lieu où se passe la séance n'en sort pas ; d'autre part, celui de la confidence ou du partage d'un bonheur ou d'un malheur, d'un événement grave ou heureux qui pèsent s'ils ne sont parlés à un intime ou à une personne de confiance.
A noter qu'au niveau de l'étymologie des termes, confession et confidence ont en commun le mot « cum », indication du partage et de l'engagement réciproque.
En ce qui concerne le secret médical, le « cum » ne se retrouve que dans le terme de « confiance » accordée au praticien, « confiance que l'on pourrait traduire par « foi dans une éthique du secret » de la part du patient à l'égard du médecin.

...

>>> Lire la suite (fichier PDF de 119 Ko)

 

 

PROGRAMME

 

9h00 - 9h30

Accueil des participants


9h30 - 9h45

Introduction de la journée par Brigitte ASSELINEAU

Cette journée d’étude est supervisée par Laurent PUECH qui assurera également l’animation du groupe de synthèse ainsi que la conclusion


9h45 - 10h30

Intervention de Laurent PUECH : état des lieux... aspect juridique

"Entendre, être celui ou celle qui reçoit en dépôt des secrets nécessite de savoir quoi en faire.
L'engagement pris auprès de celles et ceux qui se confient, cette part d'eux qu'ils remettent à un thérapeute, doit être clair, offrir suffisamment de garanties pour parler en confiance.
L'invocation du secret professionnel y contribue.
Mais tous les thérapeutes sont-ils soumis au secret professionnel au sens légal du terme ? Selon la réponse, les marges de manœuvre diffèrent au regard de la loi.
Cette intervention visera à proposer une clarification du cadre législatif, au regard des pratiques professionnelles et des situations concrètes dans lesquelles exercent les professionnels.

Laurent PUECH, assistant de service social, formateur, a lancé depuis 2014 le site www.secretpro.fr qu'il anime aujourd’hui avec une équipe de juristes et travailleurs sociaux.


10h30 - 11h00

Pause


11h00 - 11h40

Yves LEFEBVRE : le dilemme éthique du psychopraticien

Indépendamment de la législation, le secret professionnel se présente comme une obligation éthique, c'est-à-dire la quête du plus juste et du plus utile au processus psychothérapique.
La personne qui nous consulte ne peut se confier sincèrement qu'assurée d'un non-jugement et d'une totale discrétion, sans quoi la psychothérapie ne fonctionne tout simplement pas.
C'est pourquoi le secret professionnel, nécessité éthique, s'est traduit par une règle déontologique c'est-à-dire un contrat de droit privé entre un praticien et l’association professionnelle à laquelle il appartient, contrat qui rappelle comment fonctionne la profession.
Cependant toutes sortes de situations particulières obligent à une pensée personnelle.
Ainsi dans la hiérarchie des valeurs l'éthique prévaut, chaque psychopraticien devant assumer librement ses responsabilités au service du seul bien des personnes en psychothérapie.

Yves LEFEBVRE est psychopraticien relationnel, membre de la commission de déontologie du SNPPsy auteur du livre « l’éthique relationnelle en psychothérapie » Enrick Editions, 2019


11H40 - 12h05

Jeanne Dominique BILLIOTTE : Partage d'informations et secret partagé : interrogations et illustrations

Jeanne Dominique BILLIOTTE est psychopraticienne en Analyse psycho organique ; Membre expert du réseau Wresinski santé d'ATD Quart-Monde :
- participation à des laboratoires d'idées par des rédactions de notes ou d'articles,
- coauteur, corédactrice de plusieurs études dont "Mal être et pauvreté" (ouvrage de référence sur ce thème pour le Ministère de la santé)


12h05 - 12h30

Nathalie DUMONTIER : nos cas de conscience ; quand déclarer une information préoccupante ? Les limites de notre bon sens et de notre intuition au regard de la déontologie et de la confidentialité.

Nathalie DUMONTIER a été directrice associée d’une agence de communication sur levallois perret pendant 15 ans (50 personnes); depuis 10 ans, officie en cabinet libéral à la Rochelle, spécialisée enfants et psychosomatique.


12h30 - 14h00

Pause déjeuner


14h00 - 14h15

Présentation des thématiques des groupes de travail


14h15 - 16h00

Travail en groupes

1 - les interférences sociales; la discrétion professionnelle et personnelle hors cabinet ; présence sur les réseaux sociaux.
Atelier coordonné par Jeanne Dominique BILLIOTTE.

2 - Nos valeurs personnelles comme fondement d'une déontologie intégrée.
Après quelques rappels sur l'éthique et la déontologie, chacun sera invité à réfléchir sur ses valeurs personnelles et leur origine.
Psychothérapeute et Gestalt-thérapeute, Jean-Pol LAPLANCHE est également formateur à l'IFFP et superviseur.
Il travaille sur des thèmes tels la maltraitance, le cadre, la responsabilité et exerce en libéral à Châlons-en-Champagne.


3 - poids du secret versus confidentialité discrétion dans la thérapie: Barbara VILLESANGE et Daisy de VASSELOT
Barbara VILLESANGE Exerce en tant que Gestalt thérapeute à Paris depuis 7 ans, a crée et anime depuis 2014 l’atelier, "Les outils de l’acteur au service du thérapeute" (comédienne pendant 20 ans et professeur de yoga depuis 13 ans).
Daisy de VASSELOT exerce à Saint-Léger-de-la-Martinière, hypnothérapeute, membre de laFF2P et de la SII (societa italiana ipnosi), continue, depuis 35 ans, à consulter et à partager son expérience par ses livres et ses conférences en France et en Italie.


4 - les attestations en thérapie et l’instrumentalisation de la relation thérapeutique : Béatrice HILTL
Béatrice HILTL exerce à Paris 12ème : Psychanalyste existentielle, responsable de formation à l’institut de Sophia-analyse de Paris.

5 - la question des dilemmes en thérapie et la posture du thérapeute ; les options du thérapeute : Nathalie DUMONTIER

6 - éthique et déontologie: quelles différences et quels besoins pour la profession Sandrine CALINAUD - Yves LEFEBVRE
Sandrine Calinaud, psychopraticienne en PNL Thérapeutique, Fondatrice et Dirigeante d’SCalCom, institut de formation en PNL Thérapeutique, présidente de la commission déontologie de la FF2P et co-auteure de Ma bible des psychothérapies.


16h00 - 16h15

Pause


16h15 - 17h00

Retour en grand groupe : synthèse et conclusion


 

 

TARIFS

 

Entrée : Professionnels 60 € - Étudiants 30 €

En cas d’annulation, 10 € de frais de dossier sont conservés
Aucun remboursement ne pourra être effectué après le 1er novembre 2019

Une attestation de participation validant une journée de formation sera délivrée sur demande

 

 

INSCRIPTIONS

 

Pour vous inscrire :

- Par Carte Bancaire (paiement en ligne) paiement

- par virement bancaire (tous frais bancaires à votre charge)
(en précisant : Inscription JE2019-2 + nom et prénom)
sur le compte de la Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse
code IBAN : FR76 1820 6002 7709 9273 9000 124
code BIC : AGRIFRPP882

- par chèque à l'ordre de la FF2P avec vos coordonnées complètes

 

Télécharger la plaquette de la journée (102 Ko) >>>

Télécharger la brochure web de la journée (1,5 Mo) >>>